1/10

PIANO

 

concours - construction d’une résidence sociale de 115 logements

 

/ Fontaine /

Dans un contexte d’immeubles «barre», simples et lisses, nous pensons que le projet ne doit pas être le mimétisme de cette architecture datée. Il nous semble essentiel de déconstruire l’immeuble afin de percevoir, non pas un seul « bâtiment », mais plutôt une composition d’ensemble qui répondra au futur projet de la parcelle voisine.

Nous avons développé une volumétrie à l’épannelage varié oscilant entre rez de chaussée , R+2 et R+3. Le bâtiment principal en long sur l’axe Nord Sud sera en R+3, en retour un volume en R+2. La laison des deux volumes se fait par une construction simple en rez de chaussée. 
De plus, le traitement et la modénature des façades participera à la sculpture et l’animation du volume, mais il permettra également de créer une composition d’ensemble cohérente, novatrice et innovante !

Le projet s’étirant au maximum de son emprise possible, crée alors un front bâti «brut» assez dur, c’est pourquoi, Il nous semble essentiel de sculpter le bâtiment afin de briser cette appréhension et donnant des perméabilités à l’échelle des piétons, ainsi que des échancrures marquant une ligne du bâti irrégulière. Dès lors la lecture du volume change et permet même de créer un assemblage de trois bâtiments en tension de manière fine. 
D’un bâtiment unique nous créerons une amorce pour la future rénovation urbaine du quartier.


Notre équipe propose une réponse à base d’un procédé industrialisé modulaire (structure béton tridimensionnelle empilable et transportable).
Ce concept modulaire bénéficie de dimensions «adaptables». Il est pertinent, et particulièrement dans ce projet, de « jouer aux legos » en travaillant la forme du bâtiment pour lui offrir un épanelage le plus varié possible allant du Rez de chaussée au R+3. Evider alors le bâtiment de manière aléatoire nous permet de travailler chaque face du bâtiment de manière différente cassant la monotonie du volume brut et offrant une image variée suivant chaque angle d’où on le regarde. 


Nous avons souhaité mettre en place une réinterprétation des teintes des bâtiments environnants (architecture aux teintes claires de années 70, architecture aux teintes chaudes du groupe scolaire voisin, etc…), tout en apportant une modernité contemporaine et adapté aux nouveaux usages. 

La façade bénéficie de multiples lectures dématérialisant le projet : la première perception concerne celle d’une façade en « touches de pianos » en deux teintes, noire et blanc. La seconde joue des décalages de façades créés à l’aide de cadres déportées et inversée à chaque changement de niveau, tandis que la dernière lecture est celle d’un bardage nervuré apportant une seconde finesse lorsque l’on s’approche de la façade. Ce traitement nous permet de réaliser une « tapisserie » » générale au projet où chaque module constructif n’est plus identifiables. Il permet surtout par la combinatoire de tous ces effets de casser le volume bâti, tout en donnant une lecture changeante suivant l’angle du regard. 

L’ensemble donne alors une lecture jeune et ludique à la résidence qui répond à son usage et lui confère une identité forte dans le site.
 

 

maitre d'ouvrage :

programme :

site :

certification :

surface : 

montant de travaux : 

mission : 

statut :

équipe projet : 

Adoma

construction d'une résidence sociale de 115 logements

Fontaine (38)

RT 2012

3119 m²  SDP

5 955 000 € HT

base

concours 

Olivier Lucas, Eric Sueur